Assemblée générale des Lëtzebuerger Bicherfrënn a.s.b.l.

Remise d'un don pour la restauration d'un manuscrit de la Réserve précieuse

Lors de l'Assemblée générale des Lëtzebuerger Bicherfrënn - Les Amis du Livre a.s.b.l. le vendredi 25 mars 2011 à Hostert, le président de l'association Francis Dahm remit un chèque de 4.000 € à la directrice de la Bibliothèque nationale. Le don servira à la restauration du manuscrit de Jean Bertels intitulé « Notice sur les dîmes et les cens de l’abbaye de Münster » issu des fonds de la Réserve précieuse (BnL Ms 341).

Madame Kieffer exposa à cette occasion les missions qui incombent à la BnL, en soulignant à la fois la richesse et la diversité de ses fonds. La question des défis pour l'avenir de la BnL fut également abordée. L'exposé fut précédé de la présentation du manuscrit proprement dit.

Actuellement conservé au département de la Réserve Précieuse de la BnL (cote : Ms. 341), le manuscrit, dont les origines remontent à 1580/85, est l'oeuvre du moine bénédictin Jean Bertels (né à Louvain en 1544, décédé à Echternach en 1607), qui fut nommé successivement à la tête de l’abbaye de Münster (1574-1595) et de l’abbaye d’Echternach (1595-1607). On lui doit la publication en 1595 d’un premier ouvrage consacré à l’histoire du pays de Luxembourg, la « Historia Luxemburgensis », ce qui lui vaudra d’être surnommé ultérieurement le « Hérodote national » du Luxembourg.

Vue globale   Garde Feuille Holerich

Composé de 228 feuillets en papier, le manuscrit en question contient l’inventaire des redevances (ici : la dîme et le cens) perçues par l’abbaye de Münster auprès des localités qui relevèrent alors de son autorité – données que Bertels consigna d’ailleurs lui-même au titre de sa fonction de cellérier qu’il exerça pour le compte de l’abbaye. Ces données furent complétées par l’adjonction de onze vues, dessinées à la plume par Bertels lui-même, et lesquelles représentent les différentes localités (Fetschenhof, Hollerich, Cattenom…) soumises au cens et à la dîme.

L’intérêt de ce manuscrit est double : d’une part, l’inventaire des redevances perçues par l’abbaye de Münster constitue une source importante pour l’étude de l’histoire économique, fiscale et sociale du pays de Luxembourg au 16e siècle, d’autre part, les inscriptions des noms figurant au-dessus de chaque vue fournissent des informations précieuses quant à l’étymologie des noms de localité actuels.

Dernière mise à jour