Conférence de presse

Europeana Licensing Framework

Sous le Haut Patronage et en présence de la Ministre de la Culture Octavie Modert, la conférence de presse Europeana Licensing Framework a eu lieu le 28 novembre 2011 à 14 heures à la Salle des arts de la Bibliothèque nationale de Luxembourg.

Le « Europeana Licensing Framework » définit le nouveau cadre légal du partage des métadonnés par Europeana, la grande bibliothèque numérique européenne. Ce cadre légal se compose de 3 éléments-clé :

  1. le « Europeana Data Exchange Agreement » et ses « guidelines »,
  2. la « Charte du Domaine Public » et ses « guidelines » et
  3. les « Europeana Terms for user contributions ».  

Ces éléments sont présentés et expliqués dans la brochure informative (en anglais) lancée à l’occasion de la conférence de presse.

Le « Europeana Licensing Framework » sera mis en place par Europeana, la bibliothèque numérique européenne, à partir du 1er janvier 2012.
Le volet des droits d’auteur du projet « Europeana Connect » (2009-2011), dont résulte cette nouvelle publication, a été géré par la Bibliothèque nationale de Luxembourg en collaboration avec le « Digital Strategy Think Tank » Kennisland, Amsterdam et l' « Institute for Information Law (IvIR) » de l’Université d’Amsterdam. L’évènement marque deux moments forts du contexte Europeana : l’aboutissement d’un projet commun et l’avènement d’un engagement futur pour une meilleure accessibilité du patrimoine culturel européen

L’enjeu stratégique du « Europeana Licensing Framework » a été présenté par :

  • Octavie Modert, Ministre de la Culture
  • Jill Cousins, Directrice de Europeana
  • Richard Swetenham, Chef de service “Access to Information” à la Commission Européenne
  • Patrick Peiffer, « Workpackage Leader » du Europeana Licensing Framework et Chef de la section du Consortium Luxembourg à la Bibliothèque nationale de Luxembourg
  • Paul Keller, chef de projet « senior » chez Kennisland

La conférence a été ouverte par la ministre Octavie Modert qui a exprimé son soutien au projet de bibliothèque numérique européenne Europeana, que le ministère de la Culture et le gouvernement luxembourgeois encouragent depuis sa première heure. Elle a également félicité la Bibliothèque nationale de Luxembourg pour sa contribution à ce projet européen et a réitéré son soutien au projet de numérisation de la Bibliothèque nationale et des autres instituts culturels de l’État.

Elle a souligné que la maîtrise du défi numérique est un défi essentiel, non seulement pour le secteur public, mais aussi pour le secteur privé. Il s’agit d’un enjeu particulièrement important pour la compétitivité de tous les États européens. Elle a rappelé que le programme de gouvernement mobilise des efforts accrus en faveur de la numérisation de masse et la mise en place d’une politique nationale d’archivage numérique. Par ailleurs, les activités numériques de la Bibliothèque nationale font partie intégrante du programme de modernisation du Luxembourg dans la cadre de la stratégique "Europe 2020".

Qu’est-ce que Europeana?

Europeana est la grande bibliothèque européenne numérique qui regroupe et donne accès à des œuvres numérisées par des bibliothèques, des archives, archives audiovisuelles et musées européens. Europeana compte plus de 15.000 institutions collaboratrices telles que la Bibliothèque Nationale de France, la British Library à Londres ou le Rijksmuseum à Amsterdam. Ainsi, Europeana permet au public de découvrir et d’explorer le patrimoine culturel et intellectuel de l’Europe. Europeana a été officiellement lancée en novembre 2008 par la Commission Européenne qui en assure une grande partie du financement.

La BnL et Europeana

La Bibliothèque nationale de Luxembourg était « Workpackage Leader » du volet « contrats et licences » d’Europeana dans le cadre du projet « Europeana Connect » de 2009 à 2011. Comme l’engagement de la BnL fut couronné de succès, la Fondation Europeana a demandé à cette même équipe de continuer d’assurer le volet « propriété intellectuelle » dans le futur projet « Europeana Awareness » de 2012 à 2014. Fin 2011, la BnL aura doublé ses objets numérisés disponibles dans Europeana de vingt mille à quarante mille fascicules de quotidiens. D’autres types de contenus seront versés ultérieurement.

Dernière mise à jour