|     | Recherche avancée
Imprimer cette page

Sélection de la Réserve précieuse


Les sélections de la Réserve précieuse.
  • Belgici leonis chorographia, das ist, Ein newe Landt beschreibung des Belgischen Lewen, in 17 Provincien des gantzen Niderlandts außgetheylet

    LP_4244_007
    LP_4244_002.2

    de Michael von Aitzing (Cologne : Hogenberg, 1587)

    H.A.M. van der Heijden, l’auteur de l’étude fondamentale sur les différents types de représentation du “Lion belge” (ou “néerlandais”) – qui était un motif cartographique fameux et répandu depuis la fin du 16e siècle jusqu’au début du 19e – ne signale qu’un seul autre exemplaire de l’édition de 1587 de la Chorographia(dans une collection privée). La “lion” y contenu correspond au 2e état de la carte (van der Heijden, no. 1.2), qui se distingue du premier notamment par l’ajout, dans la patte gauche postérieure, des armes fleurdelysées de la France avec le nom d’Elisabeth [de Valois]; et, sous la langue, des armes à l’aigle double habsbourgeois du Saint empire romain avec le nom d’Anne [d’Autriche]. L’auteur de la carte, l’autrichien Michael von Aitzing (Aitsinger, Eytzinger, ca. 1530-1598), passa le plus clair de sa vie auy Pays-Bas; on suppose que c’était e.a. le fait qu’un grand nombre d’armes des 17 provinces contenait un lion qui le poussa à choisir cette représentation emblématique. La province du Luxembourg se trouve représentée dans la patte gauche antérieure.

    – Le symbolisme de la page de titre n’est pas encore entièrement déchiffré. Nous ne partageons cependant pas l’avis de van der Heijden, qui y voit des “symboles cabalistiques “ (p. 27). Les trois premières lettres de l’alphabet hébraïque (אבג) qui se trouvent en haut de la bordure se réfèrent clairement aux initiales A, B et G de Alemania, Britannia et Gallia, elles mêmes reprises auprès des trois anges/vents. Les lettres B-L-C entourant la pyramide ne sont rien d’autre qu’un acrostiche des trois premiers mots du titre. La séquence T-A-M inscrite dans les couronnes surmontant les trois blasons semble bien signifier typis Aitzinger Michael. Quant aux lettre A-E-R entourant le blason de l’Angleterre (unique champ de gueules, avec trois léopards d'or armés et lampassés d’azur), nous les interprétons comme signifiant Angliae Elisabetha Regina. La pyramide inscrite dans le cercle est avant tout un symbole de stabilité; les triangles élémentaires qui la circonscrivent sont, selon le Timée de Platon et son commentateur Proclus, associés à l’élément du feu et constitutifs de la fabrique de l’univers. – Cote: L.P. 4244.

    En savoir plus

     
  • Description de touts les Pais-Bas, autrement appellés la Germanie inferieure, ou Basse Allemagne

    titre

    de Lodovico Guicciardini (traduction française, par François de Belleforest, de la 2e édition revue et augmentée par l’auteur, Anvers : Plantin, 1582).

    Si la Descrittione di tutti i Paesi Bassi, altrimenti detti Germania inferiore de Lodovico Guicciardini (1521-1589) est moins rare dans l’absolu, l’exemplaire acquis par la BnL est néanmoins le premier de cette version à entrer dans les collections d’une bibliothèque luxembourgeoise. Parue une première fois en italien en 1567, traduite en latin et en français et réimprimée à plusieurs reprises dans des formats différents, la Description reprend une multitude d'informations sur l’histoire des Pays-Bas et comporte des cartes des principales villes réalisées par des graveurs de premier plan.

    Voici ce que Guicciardini trouve à dire au sujet du Luxembourg (p. 453s.; orthographe adaptée aux usages modernes): “L’Ardenne ... est plutôt stérile qu’autrement, de manière qu’elle ne rend qu’un peu de seigle et quelques légumes, ce que la bénignité de la nature a voulu récompenser par l’abondance de toutes sortes de venaison ..., comme sont cerfs, biches, chevreaux, lièvres et conils. Il ya ... une certaine espèce [de] cailles ... ayant les yeux rouges, et la chair blanche et savoureuse au possible. [Les poules] couvent par les campagnes désertes grand nombre d’oeufs et de poulets, au grand plaisir et profit des inhabitants.” On voit que, hormis pour les cailles, qu’on ne trouve plus guère au Luxembourg, les temps ont peu changé.

    image_2titre_1

    Notre exemplaire porte un ex-libris autographe d’Henry de la Fontaine (1864-1938), qui était le fils d’Alphonse de la Fontaine, et partant un petit-fils du premier gouverneur du Luxembourg, Gaspard-Théodore-Ignace de la Fontaine.

    On remarquera que, pour cette édition, les portrait et armes du roi Philippe II insérées au milieu des deux bordures gravées sur cuivre précédant le texte proprement dit dans l’édition italienne de 1581 ont été remplacés par une citation de Salluste et une autre tirée de Virgile: indice indubitable que l’édition de 1582 s’inscrit dans les luttes menées contre le despote catholique (les sept provinces du nord avaient en effet déclaré leur indépendance en 1581). – Cote: L.P. 4243.

    En savoir plus

     

 

Archives

Pour naviguer dans les archives, utilisez les listes suivantes :

 

Flux RSS

Suivez en temps réel toute l'actualité de la BnL.