Coups de coeur

4 résultat(s) trouvé(s) Voir en premier:
    • Sélection Luxemburgensia

    « L’inspiration, l’acte créateur et les conditions d’éclosion de l’écrit, souvent opaques au regard extérieur, invitent à auréoler la naissance d’un texte littéraire de magie. Les contributions rassemblées dans le présent ouvrage arpentent pourtant un cheminement concret : celui de l’idée qui devient texte, puis échafaude l’oeuvre. Elles montrent aussi qu’écrire peut se révéler à la fois long et complexe, fastidieux et délicat, angoissant et enthousiasmant. En ouverture du recueil, cinq auteurs dévoilent ainsi les coulisses de leurs laboratoires d’écriture ; leur succèdent les collaborateurs scientifiques du CNL, auxquels se joignent des collègues du Luxembourg et d’ailleurs, chacun proposant de retracer les genèses d’une sélection de textes issus de la littérature grand-ducale. À l’occasion de ses 20 ans d’existence, il importait au Centre national de littérature de remonter aux origines de l’oeuvre littéraire grâce à divers manuscrits et/ou tapuscrits, parfois aux multiples variantes, parfois étayés de courriers ou d’autres documents de l’écriture intime. Ces archives rendent en effet perceptible le travail autour de l’oeuvre, et intelligible le moment créateur qui le sous-tend. Précédant généralement une publication, les corrections, modifications, rectifications, adaptations, suppressions et interventions en tous genres révèlent la manière dont l’écriture est pensée à un moment donné, voire son évolution au fil du temps. À ce stade, c’est un vrai travail de réflexion et de formulation qui engendre les métamorphoses de l’écrit. En fin d’ouvrage, des pages de manuscrits, exemptes, cette fois, de tout commentaire scientifique, vous laisseront libres d’explorer, à votre tour, d’autres formes et processus d’écriture. » Exposition du 15 octobre 2015 au 30 septembre 2016 au Centre national de littérature.

    • Sélection Luxemburgensia

    « L’inspiration, l’acte créateur et les conditions d’éclosion de l’écrit, souvent opaques au regard extérieur, invitent à auréoler la naissance d’un texte littéraire de magie. Les contributions rassemblées dans le présent ouvrage arpentent pourtant un cheminement concret : celui de l’idée qui devient texte, puis échafaude l’oeuvre. Elles montrent aussi qu’écrire peut se révéler à la fois long et complexe, fastidieux et délicat, angoissant et enthousiasmant. En ouverture du recueil, cinq auteurs dévoilent ainsi les coulisses de leurs laboratoires d’écriture ; leur succèdent les collaborateurs scientifiques du CNL, auxquels se joignent des collègues du Luxembourg et d’ailleurs, chacun proposant de retracer les genèses d’une sélection de textes issus de la littérature grand-ducale. À l’occasion de ses 20 ans d’existence, il importait au Centre national de littérature de remonter aux origines de l’oeuvre littéraire grâce à divers manuscrits et/ou tapuscrits, parfois aux multiples variantes, parfois étayés de courriers ou d’autres documents de l’écriture intime. Ces archives rendent en effet perceptible le travail autour de l’oeuvre, et intelligible le moment créateur qui le sous-tend. Précédant généralement une publication, les corrections, modifications, rectifications, adaptations, suppressions et interventions en tous genres révèlent la manière dont l’écriture est pensée à un moment donné, voire son évolution au fil du temps. À ce stade, c’est un vrai travail de réflexion et de formulation qui engendre les métamorphoses de l’écrit. En fin d’ouvrage, des pages de manuscrits, exemptes, cette fois, de tout commentaire scientifique, vous laisseront libres d’explorer, à votre tour, d’autres formes et processus d’écriture. » Exposition du 15 octobre 2015 au 30 septembre 2016 au Centre national de littérature.

    • Sélection Luxemburgensia

    „Geographisch im Zentrum – musikhistorisch periphär? Die Musikkultur Luxemburgs stand bislang kaum im Fokus der Musikwissenschaft. Wenn in diesem Band zwei luxemburgische Komponistinnen des ausgehenden 19. und frühen 20. Jahrhunderts in den Blick genommen werden, gilt es daher, einige grundlegende Aspekte von Musikwissenschaft und Musikgeschichtsschreibung anzusprechen: Helen Buchholtz und Lou Koster bieten einen konkreten Anlass, über nationale und kulturelle Identitätsbildungen, über das Verhältnis von musikalischer Analyse und Gender, über die Rezeption von Musik als "Kitsch" sowie über Fragen von Gedächtnis, Nachlass und Archiv nachzudenken.“