Belgici leonis chorographia, das ist, Ein newe Landt beschreibung des Belgischen Lewen, in 17 Provincien des gantzen Niderlandts außgetheylet

de Michael von Aitzing (Cologne : Hogenberg, 1587)

H.A.M. van der Heijden, l’auteur de l’étude fondamentale sur les différents types de représentation du “Lion belge” (ou “néerlandais”) – qui était un motif cartographique fameux et répandu depuis la fin du 16e siècle jusqu’au début du 19e – ne signale qu’un seul autre exemplaire de l’édition de 1587 de la Chorographia(dans une collection privée). La “lion” y contenu correspond au 2e état de la carte (van der Heijden, no. 1.2), qui se distingue du premier notamment par l’ajout, dans la patte gauche postérieure, des armes fleurdelysées de la France avec le nom d’Elisabeth [de Valois]; et, sous la langue, des armes à l’aigle double habsbourgeois du Saint empire romain avec le nom d’Anne [d’Autriche]. L’auteur de la carte, l’autrichien Michael von Aitzing (Aitsinger, Eytzinger, ca. 1530-1598), passa le plus clair de sa vie auy Pays-Bas; on suppose que c’était e.a. le fait qu’un grand nombre d’armes des 17 provinces contenait un lion qui le poussa à choisir cette représentation emblématique. La province du Luxembourg se trouve représentée dans la patte gauche antérieure.

– Le symbolisme de la page de titre n’est pas encore entièrement déchiffré. Nous ne partageons cependant pas l’avis de van der Heijden, qui y voit des “symboles cabalistiques “ (p. 27). Les trois premières lettres de l’alphabet hébraïque (אבג) qui se trouvent en haut de la bordure se réfèrent clairement aux initiales A, B et G de Alemania, Britannia et Gallia, elles mêmes reprises auprès des trois anges/vents. Les lettres B-L-C entourant la pyramide ne sont rien d’autre qu’un acrostiche des trois premiers mots du titre. La séquence T-A-M inscrite dans les couronnes surmontant les trois blasons semble bien signifier typis Aitzinger Michael. Quant aux lettre A-E-R entourant le blason de l’Angleterre (unique champ de gueules, avec trois léopards d'or armés et lampassés d’azur), nous les interprétons comme signifiant Angliae Elisabetha Regina. La pyramide inscrite dans le cercle est avant tout un symbole de stabilité; les triangles élémentaires qui la circonscrivent sont, selon le Timée de Platon et son commentateur Proclus, associés à l’élément du feu et constitutifs de la fabrique de l’univers. – Cote: L.P. 4244.

Réservation en ligne
Dernière mise à jour